Comment le Front de gauche peut-il donner un nouveau souffle à sa lutte contre le Front national ?

Durant la dernière campagne présidentielle et les élections législatives qui ont suivi, le Front de gauche s’est imposé comme la principale force politique d’opposition au Front national.  Certes, l’affrontement front contre front de l’époque n’a pas empêché le FN de réaliser l’un de ses résultats les plus élevés. Mais qu’en aurait-il été sans cela ? Nous n’avons pas à rougir d’avoir été parmi les seuls à tenter d’endiguer la vague Le Pen. Cependant, nous ne pouvons nous satisfaire du résultat obtenu. Dans le contexte actuel et face aux scrutins à venir, comment le Front de gauche peut-il donc se réorganiser afin de lutter efficacement contre le Front national ?914065_demonstrators-attend-a-political-rally-at-bastille-place-to-support-jean-luc-melenchon-leader-of-france-s-parti-de-gauche-political-party-and-the-front-de-gauche-political-party-s-candidate-for

De la difficulté de lutter contre le Front national dans le contexte actuel

     A l’évidence le contexte actuel est particulièrement favorable au FN. Sur le plan économique et social tout d’abord. La croissance des inégalités, l’aggravation continue du chômage ou encore la précarité, provoquées par l’énième crise du système capitaliste et accentuées par la mondialisation libérale, provoquent colère, frustration, peur du lendemain et repli sur soi. Comme l’extrême droite l’a toujours fait, le Front national exploite cette situation pour faire pénétrer son discours dans les esprits.  Pour cela, il polarise les débats autour d’une unique question, l’immigration.  A grand renfort de mensonges, il manipule ainsi l’électorat en jouant sur des peurs irraisonnées et en renforçant certains fantasmes. En période de crise, la xénophobie fait recette !

Pour diffuser ses idées, nul besoin de forces militantes conséquentes, il dispose à l’heure actuelle d’une arme bien plus puissante, la complaisance médiatique. En effet, depuis son accession à la tête du parti, Marine Le Pen fascine les médias. Ceux-ci lui permettent de franchir toutes les barrières que son père trouvait jadis sur son chemin. Ainsi, le Front national pénètre quotidiennement dans des millions de foyers, sans même avoir à passer le seuil de leur porte d’entrée. Avec la dédiabolisation et la banalisation du discours frontiste, la xénophobie et l’islamophobie disposent  aujourd’hui d’une liberté de parole sans précédent.

L’instabilité politique qui règne renforce par ailleurs la position du Front national. Depuis Sarkozy, l’UMP a effectué un rapprochement idéologique qui débouchera inéluctablement sur des alliances politiques. Quant au Parti socialiste, il déçoit plus que jamais. Au pouvoir, il ne fait que donner des arguments à l’extrême droite et jette le discrédit sur la classe politique, renforçant ainsi le « tous pourris » cher à Marine Le Pen.  Il y a de toute façon bien longtemps que le PS a déserté le front de la lutte contre l’extrême droite.

Crise économique et sociale, complaisance médiatique et instabilité politique entretiennent ainsi le terreau sur lequel le Front national se développe. Celui-ci prospère d’autant plus qu’il apparaît, à tord, comme un parti en rupture avec le système. Cette situation est accentuée par le mode de scrutin privilégié de la Ve République.  En effet, l’absence de proportionnelle permet à Marine Le Pen de jouer la carte de l’ostracisme et de constamment se poser en victime de la démocratie.

Certes, comme en 1986, l’instauration de la proportionnelle aurait pour conséquence de faire entrer le FN en force à l’Assemblée. Cependant, n’est-ce déjà pas le cas avec la dizaine de députés UMP issus du courant de la « Droite forte » ? Une chose est sure, une fois dans l’hémicycle en nombre, les frontistes ne pourront plus faire uniquement dans l’anti-système et dans l’opposition constante. Ils devront se mettre à découvert, prendre des responsabilités et laisseront ainsi davantage transparaitre leur véritable nature.

Sortir du duel Mélenchon – Le Pen pour revenir à une opposition politique et idéologique

     Durant les campagnes présidentielles et législatives, l’affrontement front contre front s’est trop souvent transformé en un duel de personnes, opposant le candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon et la candidate du Front national, Marine Le Pen. Dans le seul souci de faire de l’audience, les médias ont réduit l’opposition idéologique entre les deux partis en une confrontation stérile dénuée de sens politique.

Pour certains, en choisissant de se présenter à Hénin-Beaumont, Jean-Luc Mélenchon a renforcé  cela. Sa démarche, bien qu’elle n’ait pas forcement été comprise par une partie des français, était pourtant louable et courageuse. Privilégier le combat contre l’extrême droite à l’assurance d’un siège à l’Assemblée.  Qui pourrait en faire autant ?

D’aucun ont parlé d’échec du Front de gauche dans cette circonscription. Certes, nous n’étions pas au second tour. Mais parler d’échec, c’est nier le sens de notre démarche. Rappelons-le, avant même que la campagne ne débute les médias avaient prédis une victoire de Marine Le Pen. Et pourtant, elle a échoué ! Il n’y a pas à regretter Hénin-Beaumont.

Cependant, nous devons aujourd’hui absolument sortir de cette impasse que représente le duel Mélenchon – Le Pen, car c’est uniquement à cette dernière que la situation profite. En effet, à trop parler des personnes, on met de côté leurs idées, leurs propositions. Or, pour lutter contre le FN nous devons pouvoir exposer notre projet, mais aussi et surtout pousser les frontistes à nous présenter le leur.

Pas sur les questions d’immigration, mais sur les questions sociales. Sur tous ces sujets que Marine Le Pen tente d’éviter. Car le moins que l’on puisse dire, c’est que sa position sur des thèmes aussi importants que sont les retraites, les salaires ou encore les licenciements, est loin d’être une position anti-système !

En période de crise, le discours anti-immigration attire certains électeurs vers le Front national. Cependant, nous ne devons pas oublier un point essentiel. Derrière une grande partie de ces nouveaux électeurs frontistes se trouve, un chômeur, un précaire, une personne qui galère pour boucler ses fins de mois, un parent qui s’inquiète pour l’avenir de ses enfants, un citoyen qui a l’impression que son sort n’intéresse personne… Il y a toujours quelque chose qui tient davantage à cœur à chacun de ces « xénophobes » et « racistes » de circonstance, que sa haine de l’autre. Et c’est sur ces sujets que l’on doit précisément nous trouver !

Plus que jamais nous devons réaffirmer nos propositions concernant l’augmentation du SMIC, le revenu maximum, le salaire maximum, l’interdiction des licenciements boursiers, le retour à la retraites à 60 ans à taux plein… En parallèle, il et essentiel de pousser le FN à se prononcer à son tour sur ces sujets qu’il tente d’occulter.

Ce parti se dit être le parti des ouvriers, des précaires, des français qui souffrent, qui subissent la loi implacable du système capitaliste. Pourtant, il est contre l’augmentation du SMIC, contre les 35 heures, contre l’interdiction des licenciements boursiers, contre la taxation des plus hauts revenus et pour la suppression de l’impôt sur la fortune ou encore des conventions fiscales avec les paradis fiscaux.

Concernant les retraites, sujet central de la rentrée, la position du FN est on ne peut plus floue. Marine Le Pen se dit être pour le retour de l’âge légal de la retraite à 60 ans, avec 40 annuités de cotisation. Cependant, son père, président d’honneur du parti, affirme en même temps être en profond désaccord avec elle. En effet en 2007, le candidat FN et sa fille, alors directrice de campagne, plaidaient pour la retraite à 65 ans… Il faut par ailleurs rappeler qu’en 2010, lors du mouvement contre la reforme Woerth, les frontistes avaient été aux abonnés absents du début à la fin.

C’est ce programme clairement antisocial, que nos attaques doivent viser. On voit constamment les dirigeants frontistes s’exprimer sur l’immigration ou sur l’islam, mais jamais nous n’entendons de propositions claires et précises concernant les salaires, la durée du temps de travail ou les retraites. Pourquoi ? Car cela les obligeraient à faire tomber le masque.

1001381_570347159675209_203352617_n

Faire front contre front partout et tout le temps  

Le Front national n’est jamais autant en difficulté que lorsqu’il est poussé dans ses retranchements, lorsqu’il trouve face à lui une tête dure qui ne lâche rien. Souvenons-nous du débat Mélenchon – Le Pen durant la campagne présidentielle. Malheureusement, ceci arrive trop rarement tant les médias sont complaisant à l’égard de ce parti.

Pour pouvoir prouver le caractère antisocial du Front national, pour dénoncer ses mensonges, il faut le laisser nous les dévoiler, car il est impossible de faire la lumière sur ce que l’on nous cache ou qui en tout cas n’est pas clairement visible ou compréhensible par tous. Pour convaincre, il faut prendre le FN sur le fait.

Avec les élections municipales et les européennes qui vont rapidement se présenter à nous, des campagnes électorales vont se lancer partout en France.  C’est à mon sens le moment idéal pour que le Front de gauche rentre activement dans le deuxième round de son combat contre le Front national.

Les affrontements locaux qui vont voir le jour seront à la fois un moyen efficace de sortir du duel Mélenchon – Le Pen dans lequel on tente trop souvent de nous enfermer, de faire la lumière sur ce que propose réellement le FN aux français et surtout de continuer à mettre en avant nos propositions. Il est essentiel que partout ou cela sera nécessaires, des confrontations front contre front soient organisées. Les militants locaux doivent réellement devenir acteurs de cette lutte qui jusque-là a du mal à sortir de sa dimension nationale.

Bien évidemment, il n’est pas question de se lancer sans formation militante contre un ennemi face à qui nous n’avons pas le droit à l’erreur. Formules toutes faites et slogans ne suffiront pas à contrecarrer le flot de mensonges et de haine déverser par le camp d’en face. Il est primordial d’organiser en interne des formations concernant le bilan local du Front national, qui existe bien et est catastrophique ! Rapidement nous devons pouvoir distribuer sur tous les marchés de France, dans tous les quartiers, un document complet et étayé sur ce sujet.

Le travail de fourmis effectué sur chacun de nos blogs doit se poursuivre en parallèle. A nous tous, nous faisons davantage de vues par jour que les principaux sites d’information. Il ne faut pas négliger cela. Chaque billet que nous écrivons pour dénoncer le discours frontiste est une pierre de plus apportée à l’édifice.  Notre dévouement dans la lutte contre l’extrême droite portera ses fruits à un moment ou un autre.

Nous devons cependant être attentif et dénoncer ceux qui parmi nous sur les réseaux sociaux et ailleurs se laissent bêtement ou naïvement tenter par le discours d’Alain Soral et des complotistes de son espèce qui sont le cheval de Troie du Front national. Nous nous devons d’être irréprochables !

     Nous sommes aujourd’hui à un moment charnière. Ne pas lutter, ne pas prendre parti, revient à se ranger derrière le FN.  Durant les années 80 et 90, l’extrême droite était indésirable. Jean-Marie Le Pen représentait le mal absolu et la question de l’interdiction du Front national se posait même.  Aujourd’hui, le contexte a terriblement changé.  Où en serons nous dans dix ou vingt ans, je l’ignore. Cependant, il est essentiel que nous, militants de gauche, qui luttons pour davantage de justice sociale, de solidarité et d’amour, fassions tous ce qui est en notre pouvoir pour faire perdurer ce combat. Parce que c’est aussi l’espoir qui nous porte, nous vaincrons.

Comments
12 Responses to “Comment le Front de gauche peut-il donner un nouveau souffle à sa lutte contre le Front national ?”
  1. Guy Liguili dit :

    PS : « Nous ne pouvons nous permettre d’être irréprochables » veut dire l’inverse de ce que tu voulais dire. Je te propose « Nous ne pouvons nous permettre de ne pas être irréprochables » à la place ou, plus simple « Nous nous devons d’être irréprochables ».

  2. humbertdebuttet dit :

    Merci pour cet excellent texte ! je l’ai répercuté sur notre site du http://www.pg32.fr

  3. L’un des principaux alliés du FN, ce n’est pas seulement le contexte que tu décris, Matthieu, mais également la pensée du ni ni ainsi que l’abstention, phénomène particulièrement préoccupant, nourri de surcroit par une éclosion d’affaires politico-économico judiciaires sans précédent. Ceux qui se revendiquent ni de droite ni de gauche, comme les conspis, et qui estiment que totues les opinions ont le droit de s’exprimer, y compris les plus détestables et délictueuses, sont clairement les alliés objectifs du FN. Il y en a même certains pour me tomber dessus quand je joue la stratégie du front contre front en prétendant que le dénoncer, c’est déjà trop en parler, et donc faire son jeu… misérable dialectique qui dit en substance qu’être contre c’est être pour. Quelle que soit la limitation de ma pensée, je ne boirai jamais de cette infâme boisson propagandiste là.

  4. Marco dit :

    On peut combattre le FN en faisant avancer l’idée de la sortie de l’UE et de l’euro, comme le font les partis communistes de Grèce du Portugal, d’allemagne, le PCPE (espagne) ainsi que le PRCF et le M’PEP en France. L’union européenne est la prison des peuples, elle ne peut pas être réformée, il faut enfin le dire et mobiliser les travailleurs autour de la sortie de l’UE pour avoir enfin l’hégémonie culturelle. Les travailleurs ne veulent plus de l’UE et de l’euro, constructions patronales et ils ont raison ! Lisez l’appel des assises du communisme signé par de nombreuses organisations communistes françaises:
    http://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/appel-des-assises-du-communisme-gemenos-30-juin-2013/

  5. Je suis entièrement d’accord: là où le front national a eu dans le passé des villes à gérer, ça a été une catastrophe.

    Le FN est fort dans le « yaka, fokon », mais ses quelques idées simplistes se révèlent des catastrophes dans un contexte réel. Il n’a pas de cadres capables de faire l’ossature d’un conseil municipal.

    Et aux européennes, ses eurodéputés(forcément plus nombreux) se ridiculiseront , mais pousseront à la sortie de l’euro et de l’UE sans savoir comment! Mais nous on sait…
    C’est pourquoi je ne suis pas d’accord, pour systématiquement faire barrage à l’extrême-droite en s’alliant au second tour au PS.

    Casser le social-libéralisme, et l’ultra-libéralisme de l’UMP, c’est très important politiquement pour sortir du bipartisme étouffant actuel, et lutter contre l’invasion de la pensée libérale (le FN la dessus ne s’en sortira pas, pris dans ses contradictions entre la volonté fasciste interventionniste, et l’impératif libéral de la finance…)

    Que ces deux ex-grands fassent un bon séjour dans le bas du tableau ça remettra les compteurs à zéro, même si la lutte quotidienne contre le FN (désincarcéré du blocage par le système électoral non proportionnel) sera forcément permanente et dure, mais pas contre des fantômes et des fantasmes: contre un ennemi identifiable, avec « des noms, des adresses, et des visages » comme a dit l’autre connard.

  6. A reblogué ceci sur bernard59047 and commented:
    Je partage cette analyse, dans ses grandes lignes

  7. mimi24 dit :

    Sans le relais complaisant des médias,le FN ne progresserait pas.
    IL faudrait s’interroger sur cette complaisance c’est à dire;
    -à qui appartiennent les principaux organes de presse?
    -pourquoi le pluralisme n’existe plus?
    -pourquoi la liberté des journalistes est-elle entravée?
    Hollande est garant de la Constitution,demandons lui de rétablir ce principe de la démocratie;le droit de chacun à une vraie information et surtout dénonçons cette situation dangereuse.
    Ce n’est pas en fustigeant les journalistes comme le fait JLM qu’on obtiendra une visibilité auprés des électeurs.Au pire,cela nourrit le tous pourris donc le FN.
    Il semble que le Monsieur audiovisuel du Front de Gauche n’informe pas notre leader de ce qu’il sait .Voir ici ;

  8. Burnel dit :

    Je partage aussi cette analyse. Lire absolument l’excellent article de Frédéric Lordon.
    http://blog.mondediplo.net/-La-pompe-a-phynance-

  9. Krbktine dit :

    Aucune mention n’est faite de la question de l’euro et des institutions européennes, alors que les traiter est la condition sine qua non pour élaborer la politique sociale que nous souhaitons. Le silence étourdissant de la gauche sur cette question (en dehors de quelques intellectuels comme Lordon, Sapir ou Todd) est précisément ce qui fait que le FN demeure aux yeux de beaucoup la seule alternative crédible pour sortir du système actuel.

    Ne pas comprendre qu’aujourd’hui le débat n’est plus uniquement entre gauche et droite, mais aussi et surtout entre libéraux et anti-libéraux c’est donner le feu vert à la reproduction incessante du choix binaire entre le libre-échange intégral et l’autarcie totalitaire. Autrement dit, ou bien on ne change rien ou bien c’est le fascisme… Ca fait 30 ans qu’on n’entend que ça y compris de la part du PS et de l’extrême gauche, les gens en ont marre. On aurait tout à gagner à s’attaquer sérieusement à la question de la fin de l’euro et du changement des institutions que cela implique. Le peuple n’attend que nous avions le courage de franchir résolument le pas !

  10. Johng524 dit :

    Hi, Neat post. There’s a problem with your website in internet explorer, would test this IE still is the market leader and a good portion of people will miss your great writing due to this problem. dkegefaeabde

  11. baptiste dit :

    Les questions de fond sont primordiales dans ce combat, mais hélas la forme l’emporte trop souvent.
    Pour gagner ce combat nous nous devons tous d’être irréprochables donc pensez à la relecture, surtout pour les fautes d’accords, cela fait partie des détails qui ont vite fait de décrédibiliser un mouvement aussi juste et légitime soit-il…

    Bon courage à tous dans ce combat contre la bête immonde devenue animal de compagnie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :