Ils ont eu le courage de dire « non » : Les résistants du groupe Manouchian (1943-1944)

    Le matin du 17 mars 1943, Missak Manouchian, Arsène Tchakarian et Marcel Rayman, attaquent à la grenade un groupe de soldats allemands à Levallois-Perret. Cet attentat marque le début d’une série d’actions menée par un groupe de résistants issus de la MOI (Main d’œuvre immigrée), plus connu sous le nom de groupe Manouchian. Pendant plusieurs mois cette organisation, composée d’une soixantaine d’hommes et de femmes, va harceler quotidiennement l’occupant nazi. Immigrés pour la plus part, ils vont être la principale force armée s’opposant directement aux allemands en région parisienne. Dotés d’un courage sans faille et guidés par un idéal, celui de la liberté, ils vont à jamais marquer l’histoire de la Résistance.

Sans titrePlusieurs membres du groupe Manouchian avant leur exécution, 21 février 1944, Mont-Valérien.

« Étrangers et nos frères pourtant », ils ont dit « non » à l’occupant nazi

Dans les années 1920, le Parti communiste et la CGT décident de la création d’une organisation syndicale regroupant les travailleurs immigrés présents sur le territoire. La France accueille alors une main d’oeuvre importante venu de l’étranger¹, qui a besoin de s’intégrer et de se souder. Devenue la MOI dans les années 30, l’organisation décide de la création d’une branche armée au début de la Seconde Guerre mondiale pour faire face à l’occupant nazi.

Ainsi, le groupe des Francs-tireurs et partisans – Main d’œuvre immigré (FTP-MOI) voit le jour en 1941. Présents dans les grandes villes du territoire (Paris, Marseille…), ses combattants vont s’organiser clandestinement pour résister et mener des actions. Membre de la MOI depuis les années 30, le poète et intellectuel engagé arménien, Missak Manouchian prend la tète de la structure parisienne de l’organisation en 1943.

A ses cotés, une soixantaine de jeunes résistants². D’horizons différents, ils avaient pour point commun leur farouche volonté de combattre la haine et de défendre la liberté. Antifascistes, certains comme l’italien Spartaco Fontano avaient été contraints de quitter leur pays. Communistes, d’autres comme le hongrois Emeric Glasz avaient du fuir les persécutions politiques. Juifs, d’autres encore en avaient fait de même face aux mesures antisémites. Missak Manouchian était quant à lui un survivant du génocide arménien qui avait emporté son père et sa mère (morte de la famine qui s’en est suivie).

Ainsi, fuyant la misère et les persécutions, ils sont venus se réfugier en France, pays des droits de l’homme, où les fascistes avaient échoué à prendre le pouvoir. Leurs tragiques histoires personnelles, leurs souffrances, renforceront indiscutablement leur volonté à s’engager dans la lutte armée contre l’occupant.

Antifascistes et Républicains, certains comme Szolomo Grzywacz, Célestino Alfonso ou encore Joseph Boczov avaient déjà rejoint les Brigades internationales en 1936 afin de participer à la lutte contre Franco en Espagne. D’autres comme Missak Manouchian ou Emric Glasz s’étaient volontairement engagés dans l’armée française en 1939 afin de combattre l’Allemagne nazi. Tous connaissaient le sacrifice de leur engagement. Mais aucun d’eux n’était prêt à reculer face à la haine qui envahissait alors l’Europe.

La défaite de 1940 puis l’occupation, vont être pour eux comme pour l’ensemble des français un véritable bouleversement. Certains comme Léon Goldberg vont voir leur famille disparaître lors de rafles, d’autres comme Amedeo Usseglio ou Robert Witchitz vont se voir réquisitionnés pour le Service du Travail Obligatoire (STO). Ainsi, refusant de se soumettre à l’occupant, bravant leur peur, s’est tout naturellement qu’ils vont rejoindre les FTP-MOI.

Sans titre                           Thomas Elek                                    Missak Manouchian                                Célestino Alfonso

Des résistants qui ne laissèrent aucun répit à l’occupant nazi

     En février 1943, Missak Manouchian s’engage dans la branche armée de la MOI³. Le 17 mars, il effectue son premier attentat contre l’occupant. Rapidement, il obtient des responsabilités au sein de l’organisation. En juillet, il succède au tchèque Alik Neuer, arrêté par la police, au poste de commissaire technique des FTP-MOI dans la capitale. Il en devient même le principal dirigeant à partir du mois d’août et donc le chef de la résistance parisienne.

A la tête d’un groupe composé d’une soixantaine de combattants, il va pendant plusieurs mois organiser la résistance dans la capitale. Ses troupes passent à l’action plusieurs fois par semaine. Attentas, exécutions d’officiers allemands en plein jours, déraillement de trains, ils ne laissent aucun répit à l’occupant.

Les membres du groupe connaissent les risques qu’ils prennent en commettant de tels actes. Nombre d’entre eux ont vu des proches, des amis ou des camarades arrêtés ou déportés(4). « Avant l’action, nous avions des tremblements » affirme le résistant Henri Karayan (5), « mais au moment de l’action, tout s’arrêtait ».

Manouchian préparait minutieusement les différentes opérations. « Il a réfléchi, sur le terrain, à toutes les erreurs à ne pas commettre. Sa stratégie, c’est d’abord d’éviter les opérations suicides. Dogme intangible : avant chaque action, vérifier l’équation selon laquelle cent pour cent d’efficacité égalent cent pour cent de sûreté. Nécessité, aussi, de constituer un arsenal suffisant. Nécessité, enfin, de frapper l’ennemi dans ses centres nerveux(6) ».

Rien n’est laissé au hasard. Les armes, les résistants se les font directement livrer par avion depuis Londres. Là-bas, convaincu par Jean Moulin, le général de Gaulle a accepté d’armée la résistance communiste. Malgré leur jeunesse, une grande partie d‘entre eux est déjà aguerrie au combat. Certains ont notamment été formés dans les Brigades internationales.

Par leurs actions, les membres du groupe Manouchian voulaient montrer à l’occupant, mais aussi à la population française, que la résistance était encore debout. Plusieurs de leurs actions ont un retentissement important. On trouve en effet au tableau de chasse de l’organisation plusieurs officiers nazis comme le colonel et responsable du STO Julius Ritter ou les généraux Von Schaumburg et Van Apt.

Des casernes militaires, des libraires nazies ou encore le siège du parti fasciste italien seront aussi pris pour cible. Au total, plus d’une centaine d’actions sont attribuées aux résistants de la MOI entre février et novembre 1943. Chacune d’entre elle représentera une source d’espoir pour des milliers de français qui par peur de la répression féroce des allemands n’osaient entrer dans la lutte armée contre l’occupant.

Sans titre                       Marcel Rayman                                       Rino Della Negra                                          Olga Bancic

« Je n’ai jamais tué d’allemands, je n’ai tué que des nazis »

     Les importants moyens mis en place par les nazis pour traquer le groupe Manouchian sont la preuve flagrante de l’efficacité des actions de la résistance. En effet, pas moins de 200 agents sont chargés de traquer les membres de l’organisation clandestine parisienne. Brigades spéciales, renseignements généraux, agents municipaux, la police française participera activement à l’opération(7).

Une situation improbable donc, « voilà des combattants étrangers engagés dans la libération de la France qui se retrouvent repérés, filés, arrêtés par des policiers français œuvrant au service de l’occupant allemand »(8). Après des semaines de filature, ils sont une trentaine de résistants à être arrêtés en novembre 1943. Parmi eux, Missak Manouchian, leader parisien des FTP-MOI et Joseph Epstein, chef régional de l’organisation(9). Cette arrestation met fin à la résistance armée au sein de la capitale pendant plusieurs mois.

Après avoir été torturés des heures durant, 24 des interpellés sont présentés devant une cour martiale allemande le 19 février 1944. Un simulacre de procès a alors lieu. Il débouche sur la condamnation à mort de vingt trois d’entre eux. Les nazis profitent alors de l’occasion pour lancer une importante campagne de propagande destinée à diaboliser la résistance. Des milliers d’affiches et de tracts sont ainsi diffusés dans plusieurs grandes villes du territoire. Sur ces documents, Manouchian et neuf membres de son groupe sont présentés comme des terroristes.

Xénophobe, antisémite, « l’Affiche rouge » assimile la résistance à un « complot étranger contre la vie des Français et contre la souveraineté de la France ». Cependant, plutôt que de répugner la population, cette affiche va venir lui rappeler que la lutte contre l’occupant est encore bien vivante. Certains déposeront même des fleurs aux pieds de quelques affiches.

Le 21 février 1944, trois jours après leur procès, 22 des résistants condamnés sont fusillés au Mont-Valérien(10). Quelques minutes avant de mourir, Missak Manouchian écrit ces mots à sa femme Mélinée : « J’en suis sûre que le peuple français et tous les combattants de la Liberté sauront honorer notre mémoire dignement. Au moment de mourir je proclame que je n’ai aucune haine contre le peuple allemand et contre qui que ce soit ».

Jamais les FTP-MOI parisiens ne se seront soumis à la haine, pas même au moment d’être fusillés. Jamais ils n’auront assimilé le peuple allemand à la barbarie nazie (« Je n’ai jamais tué d’allemands, je n’ai tué que des nazis », Henri Karayan(11)). Jamais, ils n’auront perdu espoir en un avenir meilleur (« le peuple Allemand et tous les autres peuples vivront en paix et en fraternité après la guerre qui ne durera plus longtemps », Missak Manouchian).

FRANCE-GERMANY-WWII-MANOUCHIAN-KLARSFELDExécutions des membres du groupe Manouchian, 21 février 1944, Mont-Valérien.

     70 ans après la disparition des membres du groupe Manouchian, il est plus que jamais essentiel de garder vivante leur mémoire. A travers leur courage, leur humanisme, leur espoir sans faille en un avenir meilleur ou encore leur lutte contre la haine et le fascisme, ils ont oeuvré pour la paix. Arméniens, espagnols, italiens, roumains, hongrois, polonais ou encore français, ces hommes et ces femmes ont su unir leur force au service l’émancipation humaine. Combattants de la liberté et de la fraternité, ils incarneront à jamais le visage de la Résistance.

¹ En 1939, il y a entre deux et trois millions d’étrangers en France.
² Les FTP-MOI parisiens rassemblent 65 combattants à l’époque.
³ En réalité, il s’y prépare depuis avril 1942.
4 En décembre 1942, une partie de la direction des FTP-MOI est arrêtée. En mars 1943 ensuite, de nombreux militants des Jeunesses communistes sont déportés dans des camps de travail (on trouve notamment parmi eux Henri Krasucki, le futur leader de la CGT). Beaucoup n’en reviendront pas.
5 Henri Karayan (membre du groupe Manouchian décédé en 2011), Nord Éclair, 06 mai 2000.
6 Henri Karayan, l’Humanité, 04 avril 2000.
7 En 1942, des accords de collaborations des polices sont signés entre Vichy et les nazis.
8 Denis Peschanski, L’Humanité, Hors série, février 2014.
9 Il sera fusillé le 11 avril 1944 au Mont-Valérien.
10 La loi allemande interdisant de fusiller une femme, Olga Bancic, 23ème condamnée, sera décapitée à Stuttgart le 10 mai 1944.
11 Henri Karayan, L’Humanité, 04 avril 2000.

Principales sources : L’Humanité, Hors série, février 2014 ; Divers témoignages d’Arsène Tcharkarian et d’Henry Karayan ; Divers articles de Denis Peschanski ; Site L’Affiche rouge – Manouchian.

► Retrouvez les quatre précédents numéros de Ils ont eu le courage de dire « non ».

Comments
5 Responses to “Ils ont eu le courage de dire « non » : Les résistants du groupe Manouchian (1943-1944)”
  1. les médias dans leur grosse majorité , portent une très grande responsabilité sur la grosse progression de ce parti ultra réactionnaire, raciste ,xénophobe , puisque qu, ils leur réserve continuellement des tribunes, pour les écouter invectiver , leurs discours , qui sont toujours les memes , la haine de l, immigré , des syndicats, des gens qui impulsent des valeurs d, humanisme , de solidarité et de fraternité.ce parti ne changera jamais , n, en déplaise a madame le Pen , ils sont abjects, il n, y a qu, allez voir sur certains sites , toute les idées et provocations nauséabondes qu, ils distillent en permanence. ces gens sont pour la plupart d, entre eux , des nostalgiques du 3 ème reich , des guerres coloniales , ce sont des gens très dangereux ,qui n, ont aucune chance de venir un jour au pouvoir, parce que je pense qu, il y aura une très grande prise de conscience de notre peuple au moment ou cela sera nécessaire .continuons notre combat , d,analyse, d, information , d, expliquation , sur les graves dangers que représentent ce parti et tous ceux qui partagent ces idées .
    ne nous laissons pas aveugler par ces discours, notre pays qui fut le premier a établir la déclaration des droits de l, homme, ne saurait accepter, ce qu, on appèle la peste brune.

Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] Le matin du 17 mars 1943, Missak Manouchian, Arsène Tchakarian et Marcel Rayman, attaquent à la grenade un groupe de soldats allemands à Levallois-Perret. Cet attentat marque le …  […]

  2. […] Pour en savoir plus sur le groupe Manouchian: Ils ont eu le courage de dire "non" : Les résistants du groupe Manouchian (1943-1944). […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :