L’immigration, aubaine ou fardeau économique pour la France ?

Article publié sur http://legavroche.wordpress.com/ le 21/01/2011

La question de l’immigration¹ est trop souvent évoquée par le biais de clichés et de stéréotypes. Pourtant des études récentes tendent à nous montrer des réalités  qui vont à l’encontre de la surmédiatisée doxa anti-immigrés selon laquelle l’étranger serait un fardeau économique pour l’Etat et les Français. Leurs résultats vont à l’encontre des chiffres généralement mis en avant, comme ceux de l’étude de Jean-Paul Gourévitch qui en 2008, a fait grand bruit tant ses conclusions sont alarmistes : il y ait fait mention d’un solde négatif de plus de 26 milliards pour le contribuable français du fait de l’immigration. Des résultats qui, chez certains, ont fait ressurgir le spectre de la déferlante d’immigrés affamés et affamants venant se jeter sur le France et les Français .

« Moins d’immigration c’est à la fois moins de dépenses sociales mais c’est aussi et surtout moins de cotisants »

Selon un rapport² conduit par le professeur X. Chojnicki et remis en Juillet 2010 au Ministère des Affaires sociales, le poids de l’immigration sur les finances publiques est à reconsidérer: alors qu’ils reçoivent de l’état 47,9 milliards d’euros par an (allocations, chômage, santé…), les immigrés lui reversent 60,3 milliards (impôts locaux, cotisations, taxe sur la consommation…), soit une balance positive pour l’Etat Français, avec un apport de 12 milliards d‘euros. Contrairement à ce que veut nous faire croire le Front National, les immigrés ne participent pas au creusement de la dette et ne viennent pas voler le pain des Français. Bien au contraire, ils participent au financement de la protection sociale et donc au paiement de nos retraites.  Ironie de l’histoire, c’est le poids des expulsions qui est notamment montré du doigt par la Commission des Finances du Sénat: 21000 euros par expulsion (12000 selon le gouvernement) soit 609 millions d’euros en 2009, tel est le prix de la politique anti immigration du gouvernement.

Bien que localement (ZUS…) l’équilibre soit parfois largement déficitaire pour l’Etat, il est important selon X. Chojnicki de prendre du recul sur ces situations complexes qui cachent une réalité globale bien différente: « moins d’immigration c’est à la fois moins de dépenses sociales mais c’est aussi et surtout moins de cotisants ». Ces travailleurs sont donc une aubaine pour la France pour faire face au vieillissement de la population et à la pénurie de main d’œuvre dans certains secteurs (BTP…). Il semble aujourd’hui que près de 90% des autoroutes sont construites et entretenues par de la main d’œuvre étrangère.

Par ailleurs, les immigrés ne sont pas tous clandestins ou non qualifiés, il y a aussi des entrepreneurs, artisans qui soutiennent pleinement l’économie. Comme l’affirme le magazine Capital³ dans un dossier consacré au coût de l’immigration, le secteur médical français tire profit des compétences des immigrés : dans certains hôpitaux, des « services tournentavec 50% de médecins étrangers ». Dans certaines communes rurales, véritables déserts médicaux, il n’est plus rare de voir les maires faire appel à des généralistes étrangers (roumains notamment). Le rapport remis par le laboratoire «l’Equippe» (Université de Lille) du professeur Xavier Chojnicki au Ministère des Affaires sociales en juillet 2010 concluait que «les immigrés sont une excellente affaire pour l’État français. Ils rapportent une grosse douzaine de millions par an et paient nos retraites».

Les sans papiers sont des forces de travail vulnérables

Cependant, la situation est loin d’être à l’avantage des travailleurs sans papiers. L’anthropologue E. Terray à mis en avant le concept de délocalisation sur place: selon lui, les sans papiers sont des forces de travail vulnérables (privés de protection sociale et d’allocations) et non revendicatifs quant à leur condition de travail car expulsables à tout moment : ceci se caractérise lorsqu’ils rencontrent des employeurs peu scrupuleux, aveuglés par les exonérations de charges patronales dont ils vont bénéficier, par des conditions de travail semblables au pays du tiers-monde dont beaucoup sont issus. Aucun immigré ne fait le choix de quitter son pays pour devenir chômeur ou être exploité en France et vivre dans un ghetto (migrer est un calcul qui parfois peut couter cher). L’Etat qui ne reconnait pas ces individus est en partie responsable de cette situation: c’est ce que dénonce la Commission nationale consultative des droits de l’homme dans un rapport. Selon elle, la priorité ne doit pas être donnée à la chasse aux sans-papiers mais à leur régularisation, afin de leur permettre de faire respecter leurs droits (faire évoluer le rapport de force avec l’employeur…) et donc de lutter contre l‘exploitation. Le CNCDH rappelle par ailleurs qu’il est important de « réfléchir au lien qui existe entre la traite et l’exploitation, les politiques migratoires et la régulation du marché du travail ». Ce sont les immigrés qui payent le prix de cette situation et non les autochtones. Au niveau international, « une immigration, bien préparée et bien gérée, permet de lutter efficacement contre la pauvreté », selon une étude publiée par la Banque Mondiale. Par ailleurs, le rapport 2006 de cette dernière sur le financement du développement dans le monde stipule que l’argent envoyé en 2004 par les travailleurs migrants, dont les sans-papiers, vers les pays d’origine est estimé à 161 milliards de dollars. Ce chiffre représente plus du double de l’aide publique au développement accordés par les gouvernements. Il laisse à réfléchir sur la part de responsabilité que les pays du Nord doivent prendre à leur compte.

¹Article en lien avec celui paru dans le Gavroche n°9

² Relayé notamment par le Courrier International : http://www.courrierinternational.com/article/2010/12/02/les-tres-bons-comptes-de-l-immigration

³http://www.capital.fr/enquetes/dossiers/le-vrai-bilan-economique-de-l-immigration-554216

Comments
One Response to “L’immigration, aubaine ou fardeau économique pour la France ?”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […]  En tant de crise, l’étranger a toujours joué le rôle de bouc-émissaire. Chômage, délocalisation, il serait l’unique responsable de tous nos maux. L’ouvrier, forcé d’aller pointer à pôle emploi parce que son entreprise a quitté la France pour le Maroc ou la Turquie, ne doit pourtant sa situation qu’à ceux qui ont décidé de délocaliser l’outil de production. L’étranger, qu’il soit en France ou ailleurs n’en est en rien responsable. De par leur discours résolument anti-immigré, les classes dirigeantes ne cessent de souffler sur les braises de cette terrible chimère afin de s’exonérer de toute responsabilité. Le Parti socialiste ne fait malheureusement pas exception. Dans une interview au Monde, Manuel Valls a récemment donné du crédit aux thèses du Front national qui font de l’immigration un fardeau économique pour notre pays ; «aujourd’hui la situation économique et sociale ne permet pas d’accueillir et de régulariser autant que certains le voudraient». La réalité est pourtant bien différente. […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :