« Ce genre d’histoire ne fait manifestement pas de buzz médiatique »

Flavien Bérard travaillait comme sondeur depuis une semaine sur un chantier de forage pétrolier, lorsque le 5 mars dernier il a été victime d’un terrible accident du travail. Près de deux mois après sa mort, sa famille cherche encore à comprendre les circonstances du drame. Le début d’un long combat pour la mémoire et la justice.

Flavien est né le 28 février 1995 à Saint-Junien en Haute-Vienne. Il grandit non loin de là dans le confolentais, entouré de ses parents et de son petit frère. Elève au lycée des Vaseix à Limoges, il obtient son bac puis se lance dans un BTS électrotechnique en alternance. En parallèle, il se passionne pour le rugby qu’il pratique dans le club local. Fort de sa formation et de son diplôme, le jeune homme signe un premier contrat en CDI dans une entreprise installée dans le limougeaud. Employé en tant qu’inspecteur électrique, Flavien est chargé d’effectuer des contrôles sur des installations et des équipements.

Un battant qui avait vaincu le cancer

Mais alors qu’il est âgé de 22 ans sa vie bascule. Flavien apprend qu’il souffre d’un lymphome. Il s’arme alors de courage pour lutter contre le cancer. C’est le début de longs mois de chimiothérapie associée à de la radiothérapie. Un âpre combat dont le confolentais sort victorieux. « A peine les soins terminés il reprenait le travail refusant de rester plus longtemps en arrêt » se souvient Fabienne, sa mère. « Il rêvait de mener à nouveau une vie normale et de travailler ». D’abord agent de maintenance au centre hospitalier de Confolens, il se tourne finalement vers un poste avec davantage de responsabilités dans une entreprise locale.

En rémission, Flavien se projette vers l’avenir et se décide alors à acheter une maison. « Mais ce fut un combat acharné pour devenir propriétaire car suite à ses problèmes de santé, aucune banque n’a accepté d’assurer son prêt ». Malgré la convention AERAS, chargée d’aider les personnes dont l’état de santé ne permet pas d’obtenir une couverture d’assurance standard, le jeune homme se heurte à des refus. « Il a subi ce que j’appelle la double peine : après la maladie, l’injustice de notre système bancaire » déplore sa mère. Mais avec l’aide de ses parents, Flavien voit finalement son projet immobilier se concrétiser.

De nouvelles expériences professionnelles

Mais pour obtenir de meilleures conditions salariales, il doit à nouveau changer de poste et d’entreprise. « Une nouvelle expérience, de nouvelles responsabilités et l’acquisition de nouvelles compétences. C’était ce qui motivait le plus Flavien qui avait développé un appétit de vivre et de découvrir de nouvelles choses depuis la fin de ses traitements et au cours de sa période de rémission ». Petit à petit, l’idée de monter sa propre entreprise grandit. Il s’intéresse notamment à l’installation de bornes de recharge pour véhicules électriques. Motivé, Flavien se rend alors à la Chambre de commerce et d’industrie de Limoges pour obtenir des conseils. On lui recommande de trouver un emploi en CDD afin de bénéficier, pendant une période de transition, de l’allocation d’aide au retour à l’emploi et des formations proposées par Pole emploi.

C’est ainsi, qu’avant de se lancer dans son projet, Flavien répond à l’offre d’emploi proposée par la Société de Maintenance Pétrolière (SMP). Fondée en 1998, la SMP est un contracteur français de forage et d’entretien de puits pétroliers, gaziers et de géothermie. Une expérience totalement nouvelle mais non moins stimulante s’annonce donc pour le confolentais. Le 2 février 2022, il prend son poste sur le site de Vauvert dans le Gard. L’usine est selon l’industriel KEM ONE, propriétaire du site, « spécialisée dans l’extraction de sel gemme qu’elle livre sous forme de saumure » notamment utilisée pour la production de PVC.

Employé comme sondeur, Flavien est intégré à une équipe chargée de l’extraction de la saumure dont la présence est importante dans le sol sur le littoral. Les conditions de travail sont difficiles. Mais l’expérience tourne finalement court car KEM ONE ne veut pas de débutant sur le site de Vauvert. Un ancien collègue se souvient du passage de Flavien dans son équipe. « Il s’était très vite intégré. Il a logé avec nous et c’était un plaisir car il était très curieux de notre métier, très motivé aussi. J’aurais sincèrement aimé le garder dans mon équipe. C’est un peu un milieu de cowboy mais ce n’était pas du tout son tempérament, ni le mien, ni celui que j’essayais d’avoir dans mon équipe ».

Dès lors, la SMP décide d’envoyer Flavien à 800 km de là, sur un chantier de forage pétrolier à Villemareuil en Seine-et-Marne. Sur place le jeune homme ne se sent cependant pas à l’aise. Les relations avec ses collègues sont notamment moins chaleureuses. « Il était débutant mais personne ne lui donnait d’explication. Et lorsqu’il en réclamait, on lui répondait : je ne suis pas ton supérieur » se souvient Fabienne. Il confie aussi à ses parents ses inquiétudes concernant la sécurité des machines au sein du site et assure qu’il n’acceptera plus de nouvelle mission une fois celle-ci arrivée à son terme.

Un dramatique accident du travail

Sur son site, la SMP annonce que son personnel travaille « dans un environnement difficile avec les plus hauts standards de santé, de sécurité, d’environnement et de qualité ». Et pourtant… Le 5 mars 2022, sur les coups de 4 heures du matin, Flavien et ses collègues viennent de finir leur nuit et croise l’équipe qui les remplace. Alors qu’une machine de forage effectue une manœuvre, une pièce métallique de plusieurs dizaines de kilos se brise et chute. 18 mètres plus bas, Flavien est percuté à la tête. Son casque ne peut amortir le choc. Grièvement blessé, il est transporté en urgence absolue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

« Nous avons reçu un appel à 7h10 nous disant que Flavien avait eu un accident très grave ». Débute alors une attente interminable pour Fabienne et Laurent Bérard qui peinent à entrer en contact avec les services de l’hôpital. Ne pouvant en savoir plus, ils montent dans le premier train disponible et se rendent directement sur place. Mais en chemin, ils apprennent finalement que le pronostic vital de leur fils est irrémédiablement engagé. « C’est dans un état de paralysie, de sidération que nous nous rendons à la gare et faisons le trajet. Nous sommes en état de choc et ne versons pas une larme. Trop choqués pour cela ».

Arrivés à Paris, l’attente est encore longue avant d’être reçus par un médecin. Flavien est en état de mort cérébrale. Avec ses antécédents médicaux, le don d’organes n’est pas envisageable. « Au final c’est vers 17h seulement que nous voyons enfin notre fils. Flavien a été débranché le lendemain en début d’après-midi. Nous étions d’accord pour éviter toute forme d’acharnement thérapeutique. Avec Clarisse, sa compagne, infirmière au centre hospitalier de Confolens, nous avons posé une main sur son cœur et avons attendu qu’il ne cesse de battre… Cela a duré 10 minutes ». Le décès est prononcé le 6 mars 2022. Flavien venait d’avoir 27 ans. Les obsèques ont lieu deux semaines plus tard dans le cimetière de Vitrac-Saint-Vincent.

Le combat pour la mémoire et la justice

Au lendemain de la mort de leur fils, Fabienne et Laurent sont reçus par des dirigeants de la SMP. On leur annonce qu’une « erreur humaine » est à l’origine du drame. Des sources internes à l’entreprise rapportent pourtant que la pièce métallique qui a percuté Flavien était défectueuse. Elle aurait même déjà chuté quelques mois auparavant avant d’être ressoudée. C’est notamment ce qui expliquerait la désactivation de la sécurité de la machine au moment du drame. L’enquête de l’Inspection du travail devra déterminer si des négligences en matière de sécurité sont en effet à déplorer dans cette affaire.

Déterminés à comprendre les circonstances de la mort de Flavien et découvrir les éventuelles responsabilités, ses parents, sa compagne et son frère, se sont portés partie civile et une plainte a même été déposée. « SMP n’a plus du tout communiqué avec nous. Ils ont même versé une somme sur notre compte, bien inférieure à nos frais personnels, sans daigner nous en expliquer le détail » déplore Fabienne. Si un article a pu être publié dans la Charente Libre, aucun autre média ne s’est intéressé à ce drame du travail. « Ce genre d’histoire ne fait manifestement pas de buzz médiatique ».

La mort de Flavien n’a pas non plus laissé de marbre ses anciens collègues. L’un d’entre eux confie : « j’ai été vraiment affecté par l’annonce de la mort de Flavien. J’ai fait mon poste de nuit pour ne pas mettre mon équipe en sous-effectif. Mais je n’étais plus du tout concentré sur mon travail. Je ne faisais que penser à cet accident qui avait coûté la vie à Flavien. Je n’avais plus la tête au travail et ça en devenait dangereux pour moi et pour les gars de mon équipe. J’ai donc décidé de me mettre en arrêt avant de remettre ma démission peu de temps après cela ».

8 réflexions sur “« Ce genre d’histoire ne fait manifestement pas de buzz médiatique »

  1. Flavien nous t’aimons, tu nous manques. Ta disparition brutale ne doit pas passée inaperçue et doit faire la une des médias ♥️

  2. Merci Matthieu pour cette nouvelle et triste histoire. J’ai commencé, à l’occasion d’une exposition à Nantes en décembre dernier, une série de Memento Mori appelée « Les Extracteurs », en mémoire des victimes de l’extraction minière à travers le monde. Je rajouterai Flavien à mon projet. Je trouve toujours dommage que peu de noms apparaissent, c’est la grande difficulté de ce rapport à la mort au travail : peu d’infos, grand tabou. bien à vous Lena

    >

    1. Bonjour
      Je suis la femme de Hubert Chazarenc décédé le 22 novembre 2020 sur un site de forage pétrolier
      Je pense qu’il serait temps d’écrire sur ces « accidents » qui surviennent plusieurs fois par ans dans le forage pétrolier des accidents mortels je précise ! Dans l’indifférence général à l’heure où l’Europe se tourne vers l’écologie pointons un peu plus du doigt les humains qui sont derrières
      Les dirigeants de SMP PERENCO TOTAL leur or est aussi noir que leur coeur

      Lola GUIGNABERT

      1. En effet il est grand temps de dénoncer ces accidents et les conditions de travail dans ces entreprises SMP, Perenco et autres ainsi que l’omerta qui règne dans ce milieu. La sécurité des salariés est loin d’être la priorité visiblement… A quand une vraie couverture médiatique pour ces drames au travail qui sont passés sous silence, à quand une justice suffisamment sévère pour que ces companies soient punies, condamnées et qu’elles réalisent qu’on ne jouent pas avec la vie des salariés, qu’on les protège avant tout.. Même avant le profit. La situation en France est honteuse. Il y a encore bcp trop d’accidents, leur nombre n’a pas baissé ces 10 dernières années contrairement aux autres pays de l’union européenne et de L’OCDE. Aux politiques de réagir ! Et aux médias bien sûr, nous ne sommes plus au moyen âge tout de même !

    2. Bonjour.
      Je suis la maman de Flavien.
      En effet il est grand temps de dénoncer ces accidents et les conditions de travail dans ces entreprises SMP, Perenco et autres ainsi que l’omerta qui règne dans ce milieu. La sécurité des salariés est loin d’être la priorité visiblement… A quand une vraie couverture médiatique pour ces drames au travail qui sont passés sous silence, à quand une justice suffisamment sévère pour que ces companies soient punies, condamnées et qu’elles réalisent qu’on ne jouent pas avec la vie des salariés, qu’on les protège avant tout.. Même avant le profit. La situation en France est honteuse. Il y a encore bcp trop d’accidents, leur nombre n’a pas baissé ces 10 dernières années contrairement aux autres pays de l’union européenne et de L’OCDE. Aux politiques de réagir ! Et aux médias bien sûr, nous ne sommes plus au moyen âge tout de même !

    3. En effet il est grand temps de dénoncer ces accidents et les conditions de travail dans ces entreprises SMP, Perenco et autres ainsi que l’omerta qui règne dans ce milieu. La sécurité des salariés est loin d’être la priorité visiblement… A quand une vraie couverture médiatique pour ces drames au travail qui sont passés sous silence, à quand une justice suffisamment sévère pour que ces companies soient punies, condamnées et qu’elles réalisent qu’on ne jouent pas avec la vie des salariés, qu’on les protège avant tout.. Même avant le profit. La situation en France est honteuse. Il y a encore bcp trop d’accidents, leur nombre n’a pas baissé ces 10 dernières années contrairement aux autres pays de l’union européenne et de L’OCDE. Aux politiques de réagir ! Et aux médias bien sûr, nous ne sommes plus au moyen âge tout de même !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s