Il n’existe aucun moule qui puisse enfermer qui que ce soit

     « Ils n’ont rien appris, absolument rien appris de l’histoire du XXe siècle. Ce siècle de représailles, de vengeance, de guerres. Ce siècle de terrorisme, de contre-terrorisme et de violence répondant à la violence dans une spirale de bêtise infinie » (1). Telle fut la réaction de l’historien américain Howard Zinn suite à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Au lendemain des événements tragiques du 13 novembre, ses mots résonnent en écho. Service militaire, peine de mort, guerre, fermeture des frontières, état d’urgence, telles sont les propositions qui émanent de nos représentants politiques, encore une fois bien loin d’être à la hauteur des défis qui nous font face. Car l’heure n’est certainement pas au repli sur soi, mais plus que jamais à l’ouverture.

18e arrondissement (Pierre Folk) Pierre Folk

     Depuis maintenant deux semaines chacun y va de sa proposition pour sortir notre société de cette période de troubles dans laquelle nous semblons emprisonnés. La violence est déclinée sous toutes ses formes. Violence des amalgames, violence de l’hypocrisie, violence de la bêtise, violence de guerre.

Encore une fois, les musulmans de France sont la cible privilégiée. En effet, comme en janvier, on entend les uns et les autres les sommer de prendre parti. Comme-ci le gouffre irréductible qui les sépare des barbares de Daech n’allait pas de soi. L’islam est une fois de plus montrée du doigt. Les amalgames fusent. La fraternité est égratignée. L’EI applaudit ! Le Front National aussi.

Les médias multiplient les reportages anxiogènes. Des élus de droite comme de gauche proposent une fois de plus d’interdire les prêches en arabe et d’imposer le français dans les mosquées afin de lutter contre le salafisme, renforçant ainsi le fantasme d’un islam insoluble dans la République. Ils en oublient au passage, que Daech recrute avant tout sur internet et non dans les lieux de culte… La stigmatisation bat son plein. L’EI applaudit ! Le Front National aussi.

Daech n’a pas de meilleurs agents que l’amalgame, la haine et la violence (2) qui s’abattent sur les musulmans d’occident au lendemain de tueries comme celles du 13 novembre. Car c’est ce qui engendre la colère, la rage et ouvre chez les plus fragiles le chemin de la radicalisation. En effet, « fatalement, ces processus de rejet, de stigmatisation et de violence fabriquent en retour de l’agressivité et du rejet » (3). Chez certains jeunes musulmans (notamment chez les convertis), en rupture avec notre société, l’attirance de la radicalité vient se joindre à cette colère qu’ils peinent à maitriser. Pour le politologue et spécialiste de l’islam Olivier Roy, « il ne s’agit pas de la radicalisation de l’islam, mais de l’islamisation de la radicalité. » « Le salafisme (…) est bien le produit qui convient à des jeunes en rupture de ban. » (4)

Appel de la radicalité, sentiment de rejet, le malaise de notre temps est identitaire. Ni l’état d’urgence, ni les bombardements en Syrie ne permettront d’y répondre. La cristallisation des débats autour de l’islam non plus. C’est le moule républicain que nous devons questionner. Un moule qui ces dernières années enferme et exclu bien plus qu’il ne modèle.

Il est urgent de laisser des respirations à toutes les cultures comme l’affirme l’historien sénégalais Mamadou Diouf. « La diversité est porteuse de progrès » et non un obstacle au socle commun des valeurs que nous devons partager. Nous avons en commun des lois et des valeurs avec lesquelles il n’est pas question de transiger. Mais pour le reste, la culture, la langue, la religion, le mode de vie, il n’existe aucun moule qui puisse enfermer qui que ce soit.

Il est urgent de faire sauter les frontières mentales qui nous enferment. Il n’y a pas de demi-français, car « l’identité ne se compartimente pas, elle ne se répartit ni par moitiés, ni par tiers, ni par pages cloisonnées » (5). L’obsession de l’islam et les crispations autour de l’immigration produisent une « ghettoïsation morale » (6) aux effets dévastateurs.

Nous sommes à la croisée des chemins. Soit nous choisissons d’accepter la différence, soit nous nous replions, et alors nous imploserons. C’est seulement lorsque chacun pourra se sentir libre d’être soi-même, sans craindre le regard des autres, sans craindre le rejet, que nous pourrons tous nous sentir français. Car n’oublions pas que « c’est notre regard qui enferme souvent les autres dans leurs plus étroites appartenances, et c’est notre regard aussi qui peut les libérer » (7).

Le repli identitaire fait à la fois le jeu de l’extrême droite et celui de Daech. Ne négligeons pas le fait que par leurs discours, par leurs actions, ils se renforcent par ailleurs l’un et l’autre. Il est dans leur intérêt, et uniquement le leur, « de provoquer une politique de réaction identitaire qui exclurait les musulmans et amènerait ces derniers à reconnaître le mouvement islamiste comme leur porte-voix » (8).

C’est par le biais de politiques d’urgence sociale, de tolérance, d’ouverture sur les cultures, que nous sortirons ensemble et la tête haute de cette situation. Les va-t-en guerre, les diviseurs et autres provocateurs, auront une lourde responsabilité si nous échouons…

(1) Howard Zinn, The progressive, novembre 2001

(2) Comme en janvier, on constate une recrudescence inquiétante des actes islamophobes depuis deux semaines.

(3) Laurent Mucchielli, Directeur de recherche au CNRS, au laboratoire méditerranéen de sociologie, http://www.zamanfrance.fr/article/laurent-mucchielli-processus-stigmatisation-fabriquent-en-retour-lagressivite-13424.html

(4) http://www.franceculture.fr/emission-le-journal-des-idees-l-islamisation-de-la-radicalite-2015-11-25

(5) Amin Maalouf, Les Identités meurtrières, 1998

(6) Robert Badinter, France Inter, mars 2011

(7) Amin Maalouf, Les Identités meurtrières, 1998

(8) Adam Baczko, chercheur à Noria Research (Paris). http://www.liberation.fr/debats/2015/11/26/l-objectif-de-l-etat-islamique-est-de-provoquer-une-politique-de-reaction-identitaire_1416381

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :