Ils ont eu le courage de dire « non » : Les opposants à la guerre coloniale du Rif (1925-1926)

     La guerre du Rif (1921-1926) est un conflit globalement absent de notre mémoire collective. Il s’agit pourtant à plusieurs égards d’un événement fondamental, non seulement de notre histoire coloniale, mais aussi et surtout de notre histoire sociale. Fondamental tout d’abord, parce qu’il s’agit de la première grande guerre d’indépendance dans l’empire français. Fondamental ensuite, parce que celle-ci va provoquer la véritable naissance du mouvement anticolonialiste dans l’hexagone. Fondamental enfin, parce que c’est à cette occasion que pour la première fois, le monde ouvrier va se mobiliser à travers une grève générale contre un conflit colonial. Bien que cette mobilisation soit un relatif échec sur le plan comptable, elle restera incontestablement une victoire sur le plan moral. Retour sur la valeureuse lutte des opposants à la guerre du Rif.

28-09-25L’Humanité, 28/09/1925

La guerre du Rif, une guerre coloniale

     Au début du XXe siècle, les tensions entre États européens sont à leur comble. La politique impérialiste des différents empires et les velléités coloniales des uns et des autres accroissent plus que jamais les rivalités. Le Maroc, est l’un des principaux terrains affrontement.

Depuis 1906 et la conférence d’Algésiras, deux États se partagent ce territoire. C’est la France qui contrôle toute la partie centre, la plus fertile. Elle est sortie vainqueur de sa lutte face à l’Empire allemand pour le contrôle de cette région après notamment deux grandes crises en 1905 et 1911. A partir de 1912, la présence française prend la forme d’un protectorat. C’est le général Lyautey qui représente localement la République en tant que commissaire résident-général au Maroc.

L’Espagne contrôle quant à elle les régions du Nord (Rif) et du Sud (Sahara) du pays. L’ancienne puissance coloniale souhaite alors retrouver son rang après la perte de ses territoires d’Amérique au cours du XIXe siècle. Elle mène ainsi une violente politique de confiscation des terres afin d’exploiter au mieux les gisements de fer des montagnes du Rif. Cependant, elle doit s’opposer à de nombreuses reprises à des révoltes des tributs berbères.

A partir de 1919, l’armée espagnole lance plusieurs offensives afin de prendre le contrôle des régions insoumises sur son territoire. Cependant, après une série de victoire, son avancée est freinée. En effet, la violence de la domination ibérique provoque le mécontentement d’une partie des notables marocains pourtant jusque-là à son service. L’un d’entre eux, Abdelkrim, parvient en quelques mois à unifier les tributs berbères d’ordinaire en conflit les unes avec les autres.

Sous son impulsion, une véritable révolte d’indépendance voit le jour dans la région du Rif à partir de 1921. Les affrontements entre les deux camps sont alors particulièrement sanglants. Malgré ses plus de 200 000 soldats et ses dépenses importantes pour l’effort de guerre, l’Espagne subit de nombreuses débâcles et perd plusieurs dizaines de milliers de soldats. Certaines de ses garnisons sont même massacrées par les rifains.

L’armée espagnole se retrouve alors dans l’incapacité de pacifier « son » territoire. Face à cet état des choses sa réponse est particulièrement violente. En effet, le pouvoir ibérique décide de faire parler son industrie. Une véritable guerre totale débute alors. Artillerie lourde, aviation et armes chimiques font ainsi leur entrée dans le conflit. Des villages et des terres agricoles sont pris pour cible. Les civils sont par ailleurs victimes des pillages, notamment perpétrés par la légion étrangère espagnole dont le jeune officier Francisco Franco a récemment pris le contrôle.

De son coté, Abdelkrim proclame la République du Rif en 1922. Un semblant d’État voit alors le jour. Une assemblée rassemblant les représentants de 41 tributs ainsi qu’un gouvernement sont créés. Le leader rifain réclame le droit pour la jeune République à l’autodétermination. « Nous considérons que nous avons le droit, comme toute autre nation, de posséder notre territoire (…). Nous voulons nous gouverner par nous-mêmes et préserver entiers nos droits indiscutables » (1).

Cependant, un événement vient bouleverser le cours des choses en 1925. En effet, considérant que l’avancée des troupes rifaines vers son territoire représente une menace, la France entre en guerre à son tour. Ce que la Troisième République redoute alors par-dessus tout, c’est que l’exemple d’Abdelkrim face tache d’huile dans la région et que des révoltes anticoloniales voient le jour dans les territoires voisins.

09-10-25L’Humanité, 10/09/1925

Ils ont dit « non » à l’impérialisme et aux guerres coloniales

     Au pouvoir depuis 1924, c’est le gouvernement du Cartel des gauches, auquel appartiennent essentiellement des radicaux et des républicains, qui fait entrer la France dans la guerre du Rif durant le mois d’avril 1925. Le moins que l’on puisse dire est que rien n’est alors laissé au hasard. Pas moins de 350 000 soldats, dont bon nombre de coloniaux (malgaches, sénégalais, marocains…), sont envoyés sur place.

Durant le mois de juillet 1925, Philippe Pétain prend les commandes des troupes françaises. C’est d’ailleurs à cette occasion qu’il rencontre Franco, alors devenu général, et que des liens se créent entre les deux hommes. Ce n’est pas par hasard, si l’espagnol sera décoré de la légion d’honneur en 1930 par André Maginot (2)…

Supérieurs en nombre et surtout sur le plan technologique (aviation, bombes chimiques…), les européens vont rapidement prendre le dessus sur l’armée rifaine. Cependant, trois mois après l’entrée en guerre, l’armée française compte tout de même déjà près de 1005 morts et de 3711 blessés.

Du coté de l’hexagone, l’engagement de la France dans le conflit est loin de faire l’unanimité. Dans un texte publié le 02 juillet 1925 dans l’Humanité et intitulé « Appel aux travailleurs intellectuels », nombre d’intellectuels et artistes surréalistes comme Henri Barbusse, Louis Aragon, Robert Desnos ou encore Paul Signac expriment leur vive condamnation de la guerre et de la colonisation.

« Emus et révoltés par les atrocités commises de part et d’autres sur le front de l’Ouergha, nous constatons qu’elles sont inhérentes à toute les guerres et que c’est la guerre qu’il faut déshonorer (…). Nous proclamons une fois de plus le droit des peuples, de tous les peuples, à quelque race qu’ils appartiennent, à disposer d’eux-mêmes ».

C’est cependant essentiellement le Parti communiste qui va mener au quotidien la campagne d’opposition à la guerre du Rif. Dès 1924, il affirme d’ailleurs son soutien à la révolte rifaine en saluant « la brillante victoire du peuple marocain sur les impérialistes espagnols » (3). En effet, comme l’expose la 8e condition d’adhésion à la IIIe Internationale, le PC défend « tout mouvement d’émancipation dans les colonies » et exige  » l’expulsion des colonies des impérialistes de la métropole » (4).

Le 16 octobre 1925, communistes et surréalistes signent un texte commun dans l’Humanité, intitulé « Aux soldats et aux marins », dans lequel ils appellent les militaires français à la fraternisation avec les rifains. « On vous envoie mourir au Maroc pour permettre à des banquiers de mettre la main sur les riches gisements de la République du Rif, pour engraisser une poignée de capitalistes (…). Vous ne serez pas les valets de la banque. (…). Fraternisez avec les rifains. Arrêtez la guerre du Maroc ».

Les élus du parti présents à la Chambre des députés s’exprimeront par ailleurs à de nombreuses reprises pendant toute la durée de l’intervention française afin à de demander à ce qu’elle cesse. « Vive l’évacuation du Maroc! Vive la fraternisation des soldats français espagnols et arabes ! Vive l’indépendance totale du Maroc ! A bas les guerres coloniales » (5). « La guerre, la France en a assez: les paysans, les ouvriers en ont assez et nous réclamons la paix, la paix à tout prix, la paix immédiate avec le Rif »(6).

De son coté la SFIO, qui soutien le gouvernement sans y participer, ne se range finalement pas derrière son allié et refuse de voter les crédits militaires en juillet 1925. « Par principe par tradition, nous sommes adversaires du colonialisme, qui est la forme la plus redoutable de l’impérialisme, c’est à dire le vieil instinct qui pousse toute nation à conduire le plus loin possible son impérium, sa domination »(7). Cependant, les socialistes ne participeront pas pour autant à la campagne d’opposition à la guerre.

grève g 2L’Humanité, 12/10/1925

Grève générale contre la guerre du Rif

     Au-delà de l’implication de ses élus, le Parti communiste entend de son coté mobiliser la classe ouvrière toute entière contre ce conflit colonial. En effet, il ne fait aucun doute pour lui que le sort des rifains et celui du prolétariat français sont liés, car ceux-ci luttent contre un même ennemi.

« L’intérêt des travailleurs dans ce problème est clair. Les requins, gros banquiers, féodaux de l’industrie, généraux fascistes, qui raflent tous les profits de la colonisation, ce sont les mêmes qui, dans la métropole, cherchent à imposer aux ouvriers les bas salaires et les longues journées, qui les accablent d’impôts et qui soutiennent le fascisme. Il n’y a pas d’hésitation possible : ouvriers et paysans doivent fraterniser avec les peuples coloniaux et soutenir leurs revendications »(8).

Afin d’organiser la mobilisation contre la guerre, le PC crée en mai 1925 un comité d’action avec à sa tête Maurice Thorez. Réuni à Paris en juillet à l’occasion d’un congrès ouvrier, celui-ci lance l’idée d’une future grève générale de 24 heures. Au-delà de l’opposition à la guerre au Maroc, il est par ailleurs décidé d’élargir les revendications afin de pouvoir mobiliser un maximum de grévistes le jour J: opposition aux impôts Caillaux, augmentation des salaires…

Sur tout le territoire, les Jeunesse communistes, très impliqués dans le mouvement anticolonialiste, organisent des distributions de tracts, des collages d’affiches, des réunions publiques, des rassemblements… Une campagne nationale, relayée par une partie de la presse (L’Humanité, la Vie ouvrière…), voit ainsi le jour dans tout l’hexagone afin de populariser cette lutte d’un genre nouveau.

Cependant, la répression policière envers cette lutte est particulièrement importante. Les militants qui distribuent des tracts appelants les soldats à refuser de partir ou encore à fraterniser avec l’ennemi sont par exemple arrêtés. Certains, étrangers, sont même expulsés vers leur pays d’origine. Le préfet de Paris décide quant à lui de faire interdire sur la voie publique « toute chanson faisant allusion aux événements du Maroc »(9).

Cette pression imposée par les pouvoirs publics, est l’une des raisons qui pousseront le Comité d’action contre la guerre du Rif à ne lancer finalement l’appel à la grève générale que le samedi 10 octobre pour le lundi 12. Une sollicitation tardive qui s’explique par ailleurs par la volonté des communistes et la CGTU (10) d’empêcher toute riposte patronale.

C’est ainsi, dans des conditions loin d’être idéales, qu’une grande journée de mobilisation voit le jour. Ci celle-ci n’est conséquente qu’en région parisienne, des cortèges vont cependant défiler sur tout le territoire. Dans certaines communes, les manifestants défient même le patronat en forçant les portes des usines afin d’aller convaincre les non grévistes de se mobiliser. A Suresnes (92) ou encore à Halluin (59), ceux-ci sont cependant accueillis à coups de fusil. Un ouvrier de l’arsenal de Puteaux trouve même la mort…

Ailleurs, c’est devant les casernes que la foule se rend afin d’appeler les soldats à rejoindre le mouvement. Partout, le slogan « A bas la guerre du Maroc ! » est repris par les opposants au conflit colonial du Rif.

Cette première grande journée de mobilisation anticolonialiste est par ailleurs elle aussi marquée par l’importante répression policière dont sont victimes les grévistes. En effet, de nombreuses échauffourées entre manifestants et forces de l’ordre vont se multiplier sur l’ensemble de l’hexagone. Ces dernières ouvriront même le feu à plusieurs reprises.

Des centaines de personnes seront arrêtées pour des faits de grèves ou de propagande (près de 400 sur l’ensemble de l’année 1925). Expéditive, la justice prononcera au total plus de 10 ans d’emprisonnement (13 mois pour Cachin, 8 mois pour Thorez…).

Au lendemain de la mobilisation, l’Humanité avance le chiffre de 900 000 grévistes. Les historiens s’accordent cependant aujourd’hui sur l’exagération de cette estimation. La réalité se situe selon eux plutôt entre 600 000 et 300 000. Des chiffres globalement décevants qui sont cependant à remettre dans le contexte particulier de l’époque : appel à la grève tardif, première mobilisation ouvrière contre un conflit colonial…

10-10-1925L’Humanité, 10/10/1925

     Relativement modeste, la mobilisation contre la guerre du Rif ne permettra de faire infléchir la politique impérialiste du gouvernent. Cependant, elle est le point de départ d’un mouvement qui prendra de l’ampleur par la suite. Elle est surtout un moment singulier de l’histoire du monde ouvrier. En effet, pour la première fois en France, une partie non négligeable du prolétariat a montré, à travers une journée de grève générale, sa solidarité avec un peuple issu des colonies et surtout affirmé son opposition à la colonisation.

Pour le jeune Parti communiste, particulièrement investi, cette mobilisation aura été l’occasion de montrer toute l’ambigüité du discours de son concurrent à gauche, la SFIO. En effet, soutien au gouvernement, les socialistes ont certes refusé de voter les crédits militaires mais n’ont pas pour autant participé à la lutte contre la guerre.

Du coté du Maroc enfin, le conflit opposant les rifains aux forces françaises et espagnoles, se soldera par une victoire des européens en mai 1926. La guerre aura provoqué des dizaines de milliers de morts et dévasté toute la région du Rif. Abdelkrim sera quant à lui exilé à Madagascar. Son combat restera cependant précurseurs des grands mouvements d’indépendance qui toucheront les empires coloniaux au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

(1) Ducoulombier Romain, Une guerre coloniale oubliée : le Rif, 1926-1926, La Vie des idées, 2008.

(2) http://www.aphgaixmarseille.com/spip.php?article482

(3) Télégramme retranscrit dans l’Humanité, le 11/09/24. On reprochera au PC, de par soutien aux rifains, de donner de l’espoir à Abdelkrim et donc de faire durer la guerre.

(4) Extrait de la 8e des 21 Conditions d’adhésion à l’Internationale communiste.

(5) Jacques Doriot, février 1925. Cité dans Courcelle-Labrousse Vincent, Marmié Nicolas, La guerre du Rif, Maroc (1921-1926), Tallandier, 2008.

(6) Marcel Cachin, mai 1925. Cité dans Courcelle-Labrousse Vincent, Marmié Nicolas, La guerre du Rif, Maroc (1921-1926), Tallandier, 2008.

(7) Léon Blum, juillet 1925. Cité dans Courcelle-Labrousse Vincent, Marmié Nicolas, La guerre du Rif, Maroc (1921-1926), Tallandier, 2008.

(8) Marty André, On croit se battre pour la patrie, Petite bibliothèque de l’ouvrier, du paysan et du soldat, Ed. de la région parisienne du PC, 1926.

(9) Cité dans Courcelle-Labrousse Vincent, Marmié Nicolas, La guerre du Rif, Maroc (1921-1926), Tallandier, 2008.

(10) Confédération générale du travail unitaire : Scission de la CGT proche du Parti communiste.

 Principales sources :
– Courcelle-Labrousse Vincent, Marmié Nicolas, La guerre du Rif (Maroc (1921-1926), Tallandier, 2008.

– Marty André, On croit se battre pour la patrie, Petite bibliothèque de l’ouvrier, du paysan et du soldat, Ed. de la région parisienne du PC, 1926.

– Archives de l’Humanité.

– La guerre du Rif, documentaire de Daniel Cling coproduit par ARTE, 2011

Comments
One Response to “Ils ont eu le courage de dire « non » : Les opposants à la guerre coloniale du Rif (1925-1926)”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] La guerre du Rif (1921-1926) est un conflit globalement absent de notre mémoire collective. Il s’agit pourtant à plusieurs égards d’un événement fondamental, non seulement de notre histoire coloniale, mais aussi et surtout de notre histoire sociale. Fondamental tout d’abord, parce qu’il s’agit de la première grande guerre d’indépendance dans l’empire français. Fondamental ensuite, parce que celle-ci va provoquer la véritable naissance du mouvement anticolonialiste dans l’hexagone. Fondamental enfin, parce que c’est à cette occasion que pour la première fois, le monde ouvrier va se mobiliser à travers une grève générale contre un conflit colonial. Bien que cette mobilisation soit un relatif échec sur le plan comptable, elle restera incontestablement une victoire sur le plan moral. Retour sur la valeureuse lutte des opposants à la guerre du Rif. …  […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :