Le Nouvel Obs pris en flagrant délit de mensonge concernant Jean-Luc Mélenchon

Jeudi dernier, Jean-Luc Mélenchon participait à l’émission Touche pas à mon poste sur D8 (je n’analyserai pas ici sa prestation, ceci à déjà été très bien fait). Quelques minutes après son arrivée, une salariée de la chaine est intervenue en direct, afin de dénoncer les baisses de salaire imposées par la direction aux intermittents du spectacle. Le lendemain, Bruno Roger-Petit, chroniqueur sur le Plus du Nouvel Observateur, décidait de consacrer son billet hebdomadaire à cet événement. Cependant, plutôt que de relayer le message de l’intermittente et de dénoncer à son tour les conditions de travail sur la chaine du groupe Canal +, celui-ci a préféré s’attaquer de façon éhontée à Jean-Luc Mélenchon. Probablement dans le but de faire parler de lui, le journaliste a consacré un article entier à accuser le coprésident du Parti de gauche d’être resté silencieux face à la détresse de cette salariée précaire. Pourtant, la réalité fut bien différente…

D8IMAGE-tt-width-604-height-400-attachment_id-400130

« La direction de D8, notre employeur, nous a traité avec beaucoup de mépris »

L’intermittente ayant interrompu l’émission de Cyril Hanouna est Sophie Tissier, une mère célibataire âgée de 34 ans. Depuis plus de deux ans, elle est opératrice prompteur sur D8. Elle travaille pour l’émission Touche pas à mon poste depuis le mois d’octobre. Interrogée par les Inrocks, elle est revenu sur sa prise de parole afin d’expliquer ce qui l’a poussé à intervenir et surtout de dénoncer le sort réservé aux intermittentes sur D8.

« Si je suis intervenue de cette manière pour dénoncer des baisses de salaires, c’est que la direction de D8, notre employeur, nous a traité avec beaucoup de mépris. Ce mépris m’a amené à pousser ce coup de gueule, car je n’ai pas vu d’autres issues. J’ai subi une baisse de salaire à partir de mai de 22 %. Je l’ai appris seulement quinze jours avant de façon informelle. Quand j’ai demandé à mon directeur technique de pouvoir négocier avec la DRH, il m’a ri au nez et m’a dit : ici on ne négocie pas. C’est à prendre ou à laisser ».

Révoltée par cette situation, elle avoue avoir jugée la venue de Jean-Luc Mélenchon sur le plateau de l’émission phare de la chaine comme « le bon moment » pour intervenir. « Touchée » par son discours sur le monde des médias au début de l’émission, elle s’est alors lancée et est intervenue quelques minutes après son arrivée.

Pour le Nouvel Observateur, Jean-Luc Mélenchon est resté muet face à la détresse de l’intermittente

La suite, voilà comment Bruno Roger-Petit et le Plus du Nouvel Obs la présentent le lendemain. Dans son billet, le journaliste reproche à Jean-Luc Mélenchon ne pas être intervenu, de ne pas avoir demandé la parole, d’avoir abandonné la jeune intermittente qui espérait « peut-être, un mot de soutien ».

Le journaliste y voit une « faute politique ». « Mélenchon ne peut rien. Jean-Luc Mélenchon, dénonciateur des travers du système dont il est pour un soir l’acteur objectivement complice ». Le coprésident du Parti de gauche serait donc, non seulement impuissant, mais surtout insensible à la cause des salariés précaires. Pire, il serait le complice d’un système qu’il avait lui-même dénoncée (« le monde des médias est une machine à broyer »), quelques minutes avant l’intervention de la salariée de D8.

Voilà donc comment le Nouvel Observateur fait du journalisme. Il sort deux minutes d’un passage télé qui en fait cinquante ; les analyse avec un objectif précis (ici, s’attaquer à Jean-Luc Mélenchon) ;  ne fait jamais référence à ce qui s’est passé avant, ni à ce qui se passera ensuite ; et surtout, se garde bien de recueillir le témoignage des acteurs de la scène. Voilà ce qu’on appelle le journalisme version Petit journal. Un journalisme mensonger basé sur la manipulation.

Car en réalité, Jean-Luc Mélenchon n’est pas resté insensible à l’intervention de la jeune intermittente. Bien au contraire. Il suffit pour cela de regarder la suite de l’émission, ce que Bruno Roger-Petit n’a visiblement pas fait !

« Une personne payée avec un lance-pierre, n’est pas en état de se rebeller »

 En effet, le co-président du Parti de gauche a passé plusieurs minutes après le départ de la jeune précaire à dénoncer les conditions de travail des intermittents et donc à relayer son message.

 « Le système repose sur une exploitation terrifiante des gens. C’est terrible ce qui est fait aux intermittents du spectacle, cette espèce de vie à crédit, où on vous tient(…), jusqu’à des femmes qui ont du cacher leur maternité parce que sinon elles n’accédaient pas aux droits auxquels elles avaient droit ».

« Dans les rédactions vous avez une proportion considérable d’intermittents du spectacle, de gens qui sont en stage, qui sont payés avec dans lance-pierres. (…) Beaucoup de gens vivent avec des toutes petites payes. (…)  Une personne payée avec un lance-pierre, n’est pas en état de se rebeller. Quand tu as besoin de manger tu te tais, quand ton chef est là tu lui dis oui chef, sinon tu manges pas ».

« La pauvreté, la précarité, l’étranglement des gens, génèrent un produit médiatique globalisé. Voilà comment se fabrique le nivellement vers le bas. (…) Si on paye bien les gens, si on stabilise leur statut social, on peut espérer avoir une information de meilleur qualité, plus respectueuse des gens et des points de vue différents ».

Voilà ce que le Nouvel Obs appelle rester muet ? Voilà ce que Bruno Roger-Petit appelle une « faute politique » ? Ce n’est en tout cas pas l’avis la principale intéressée, la jeune intermittente Sophie Tissier. « Je ne suis pas membre du parti de gauche de monsieur Mélenchon mais j’espérais qu’il soutienne mon propos et la cause des intermittents. Et il l’a fait ! Il a dénoncé avec force notre précarité et nos conditions difficiles de travail ».

Cette affaire, est une nouvelle preuve, s’il en fallait une, du traitement lamentable réservé à Jean-Luc Mélenchon par certains médias. Comme Patrick Cohen et bien d’autres, Bruno Roger-Petit participe à la campagne de diabolisation du co-président du Parti de gauche. Une opération qui se fait en parallèle de la dédiabolisation de Marine Le Pen et de la banalisation de son discours. Tant d’attitudes qui ne font que renforcer la défiance d’une partie des français envers les médias.

Comments
11 Responses to “Le Nouvel Obs pris en flagrant délit de mensonge concernant Jean-Luc Mélenchon”
  1. Bouty dit :

    Plus rien ne m’étonne, surtout concernant Jean-Luc Mélenchon. Les médias ont peur des vérités assénées dans leurs émissions et prennent, comme d’habitude, la difficulté à répondre en arrangeant la vérité en découpant les paroles de Jean-Luc. C’est si facile …

  2. partageux dit :

    Eh bien il me faut te féliciter chaudement pour cet excellentissime article.

    Je n’ai pas la télé, ne connais pas du tout le contenu des émissions dont celle-ci, et j’ai regardé cette émission sur internet grâce à la chronique de notre camarade du blogue « le cri du peuple ».

    Ce qui me permet de confirmer ton analyse très juste.

  3. jchgirault dit :

    Très bon article. Continuez comme ça

  4. le Glauque dit :

    Pire (ou pas) : il semble que D8 a supprimé du replay l’intervention de Sophie et la réaction de Jean-Luc Mélenchon.
    Ceci explique-t-il cela ?…

  5. elfredo dit :

    l’intervention de l’intermitente se situe à 17mns et 30 secondes.

  6. Philippe F dit :

    Salut camarade,
    Merci pour l’article qui était nécessaire. Roger-Petit, il faut s’en méfier, je le soupçonne d’écrire sur Mélenchon juste parce q’il génère du trafic. Quand je lis ses article, je me dis, cette personne là ne va pas bien. Et puis il est tant de révolutionner le journalisme, d’aller au delà d’une réflexion standardisée due à des recrutements dans l’entre soi de la classe moyenne. Il faut plus de diversité dans les métiers de l’information, une réflexion de qualité et moins de réaction témoignant d’un esprit au crochet d’une actualité aliénante. Dans ce domaine comme dans d’autre, il faut oser briser les codes.
    Pour en revenir à Jean Luc, il a juste eu une position décente et respectueuse en ne sautant pas sur l’occasion comme un vampire, comme d’autre l’aurait fait. Ce n’est pas un démagogue comme on en voit trop mais un Homme politique qui n’agit pas au cas par cas mais défend le peuple et lui donne du courage pour se soulever de lui même, en cela et ce soir là, il a démontré quel figure de la 6e république il était déjà.
    Non, la politique ce n’est pas se laisser envahir par l’émotion même si au plus profond de soi on est touché, faire de la politique, c’est respecter l’humain, parfois faire preuve de pudeur, celle sui va avec la compassion et avoir l’esprit clair pour ne pas broder une réaction opportuniste mais rappeler le combat de son bord dans le domaine lié. Quand les gens comprendront cela alors ils pourront être le moteur d’un changement positif et collectif.
    Adélante!

Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] Le Nouvel Obs pris en flagrant délit de mensonge concernant Jean-Luc Mélenchon. […]

  2. […] Le Nouvel Obs pris en flagrant délit de mensonge concernant Jean-Luc Mélenchon | Une Histoire popu… […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :